« Belles lettres » dit aussi « Carbone »
27,5 x 46 x 20 cm - bois et objets de récupération
Maurice Gendelette était l'écrivain de l'île (également écrivain public) qui avait la particularité d'être bègue, ce qui explique probablement son attachement à la chose écrite. On raconte qu'il avait une machine à écrire dans chaque pièce de sa maison (qui en comptait huit), y compris dans les toilettes. Il tapait systématiquement ses courriers avec un carbone (seul procédé qui permettait à l'époque de faire une copie) et d'en garder un double.
À sa mort, ses archives ont révélé beaucoup de choses intéressantes sur la vie de la cité. Mais rien sur l'auteur des têtes, malheureusement.